Avez-vous des objectifs pour 2019?

Avez-vous des objectifs pour 2019?

Bonjour chers lecteurs/lectrices!

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler des objectifs équestres qu’on se fixe - ou non - en début d’année. Généralement considérés plus réalisables et réalistes que les fameuses résolutions, faites-vous partie de ceux et celles qui se donnent des objectifs de travail et d'apprentissage avec votre cheval en début d’année?

Bon et sain et MOTIVANT

À mon avis, je crois qu’il est bon, sain et surtout motivant, lorsque la nouvelle année débute, de prendre le temps de réfléchir aux bons et moins coups que nous avons fait en 2018, à nos réussites et aussi, à nos expériences (que certains appellent "échec"). Ensuite,on peut prendre le tems de déposer sur papier les objectifs que l’on désire atteindre avec son cheval si on veut progresser dans son horsemanship/sa discipline équestre. De poser ses intentions. L’idéal est de se fixer un objectif RÉALISTE et atteignable à court terme, un autre à moyen terme et un autre à plus long terme (qui peut être étalé sur plusieurs mois ou années). Par exemple, cette année je prévois débourrer en selle mon purs-sang arabe Kazeem. À court terme, cela veut dire de séparer le but en plusieurs petites étapes faciles et réalisables.

Donc, lorsque vos objectifs seront fixés, il faudra déterminer de manière réaliste combien de temps vous prévoyez y mettre pour les atteindre. Il arrive souvent que les gens veuillent régler un problème, mais n’en font pas un programme régulier. La pose d’objectifs permet d’augmenter la motivation et de mettre un peu de piquant dans notre vie de couple… équestre.

On peut aussi profiter de l'hiver pour lire, prendre une formation en ligne, bref, pour s'avancer dans nos connaissances équines. Pas besoin de vous dire que les meilleures informations ne sont pas sur facebook! ;-) Les cours d'éthologie et d'alimentation équine en ligne donnés par des professionnels reconnus sont particulièrement intéressants et instructifs. En cas de doute, renseignez-vous sur les compétences du professeur avant de dépenser des centaines de dollars sur ces formations. L'idéal est d'avoir une référence de quelqu'un de votre entourage, mais encore là, le choix final va vous revenir! L'Université Laval et l'AZCA en produisent d'excellentes en français entre autres.

Aussi, l’avantage de se poser des buts est qu’on se donne des repères concrets pour travailler et progresser avec notre cheval. Exemple : pour habituer un poulain à donner les pieds, on doit idéalement pratiquer plusieurs fois/semaine (quelques minutes), pendant un certain nombre de semaines. Le cheval étant un animal qui apprend (entre autres) par la répétition, il est intéressant d’utiliser une cédule qui permet un certain ‘patron’ (pattern) de routine. Cela aide notre équidé à mieux assimiler ce qu’on lui demande et cela le sécurise également d’avoir une certaine routine.

Le facteur ‘CHEVAL’

Le croustillant de l’histoire survient lorsqu’on prend conscience que nos objectifs incluent la participation souvent INVOLONTAIRE d’un être vivant et conscient, possédant des émotions, un certain mode de vie dit « herbivore », un statut de proie, et un corps avec ses limites (comme le nôtre) . TADAM!! : j’ai nommé « Le cheval »! Notre ami équin n’a évidemment que faire de nos objectifs d'être humain. Pour lui, sa motivation première est la survie et non pas le dressage, la randonnée, le saut. Sa survie dépend de : la capacité de se nourrir de fibres longues sur de longues périodes, pouvoir vivre en groupe et bénéficier d'une vie sociale, pouvoir se déplacer à toutes les allures, pouvoir se reproduire (lorsque faire se peut), échapper aux prédateurs potentiels, tout ça, en vivant au moment présent… Alors que nous autres portons encore les stigmates de notre passé ou sommes anxieux en pensant à l’avenir parce que sommes toujours dans nos têtes, surtout quand il est question d’objectifs à atteindre! Allô les incompréhensions humain-cheval!

Que faire alors pour concilier « objectifs humains » et besoins équins?

Il va s’en dire que plus le cheval a la possibilité vivre selon un mode de vie inhérent à son espèce, plus il est bien dans tête et son corps, donc, sera dans de meilleures dispositions quant à la possibilité de participer volontairement. N'oubliez-pas qu'en mieux-être & horsemanship, volontairement = sans contrainte. Toutefois, en être cohérent qu’il est, contrairement à nous, le cheval réagit à nos demandes de façon constructive et informative, même si pour nous, cela semble en fait totalement NÉGATIF, c’est-à-dire que s’il manque de préparation, s’il a peur, s’il ne comprend pas, s'il a de la douleur, ou s'il n'a pas la motivation pour participer, on peut s’attendre à un manque de collaboration de sa part. Et c’est NORMAL car il est cohérent!! Il ne peut faire semblant de ne pas avoir peur, de ne pas voir le goût de faire telle ou telle chose! Première chose à faire dans ce cas : ralentir votre rythme, "détricoter" ce que vous faisiez, revenir à quelque chose que le cheval aime beaucoup faire... et ne pas prendre ça personnel. Jamais! Donnez-vous le DROIT de prendre une pause, de respirer lentement, de vous recentrer et de revenir en vous... En observez votre cheval... Vous serai étonné de son soudain intérêt, lui qui, il y a 10 minutes, semblait complètement non intéressé à vous.

Exemple : c’est décidé, vous vous sentez d’attaque, c’est aujourd’hui que vous allez monter votre poulain de quatre ans qui vit en boxe pour aller en randonnée pour la première fois, alors que dans les faits, il n’a jamais vu une souche ou un ruisseau de sa vie… Il y a de bonne chances (et de bonnes raisons) qu’il refuse d’avancer passé le champ des copains ou à l’entrée du bois d’où provient le son d’un VTT… malgré votre courage et votre entêtement… Continuer malgré le NON du cheval pourrait mener à ce qu’on appelle de la témérité… et des bosses et courbatures…

Un autre exemple : Vous êtes excitée, c’est votre première compétition amicale avec le beau Black en fin de semaine. Il est si fin, tout devrait normalement bien aller... Tout est prêt, votre cheval est tressé, vous vous êtes stressée d’arriver au site… Vous vous levez à 5 h 00 du matin, arrivez à l’écurie en quatrième vitesse en avalant votre café dans l'auto… Catastrophe : pas moyen de faire embarquer le gentil garçon dans la remorque. Pourtant, tout le monde vous disait qu'il embarquait bien, et en plus vous vous étiez promis de pratiquer… Il y a trois ans…! Mais sans jamais le faire finalement.

Par où commencer donc?

Si vous êtes confuse, incertaine, démotivée, craintive, en manque de connaissances et/ou de techniques, je vous conseille de commencer par demander conseil à un bon professionnel équin! En effet, un professionnel sérieux peut vous aider à vous fixer des objectifs raisonnables, réalistes, réalisables et qui respecteront votre cheval en prenant le temps de bien décortiquer les étapes. Si vous vous sentez en confiance avec lui ou elle, parfait, allez-y et demandez-lui de vous bâtir une pratique afin que vous et votre monture progressiez harmonieusement et de façon sécuritaire. L’important est de se sentir bien et en confiance.

De même, le comportement de votre cheval avec le professionnel vous indiquera si oui ou non celui-ci vous convient! Et comme on apprend à jouer au tennis en jouant au tennis, ceci s’applique évidemment en horsemanship, où plus vous pratiquerez vos gammes de la bonne manière, plus vous et votre cheval avancerez. Il n’est pas besoin de longues sessions pour ce faire. De fait, de courtes séances de 15 minutes arrêtées au moment où le cheval sent qu'il a réussit l’exercice suivies d’une détente agréable à deux au champ sans rien lui demander est en général de beaucoup plus profitable qu’une séance d’une heure où l’on « drille » le cheval et lui ôte tout goût pour l’exercice. J'ai l'habitude de terminer mes sessions par quelque chose que le cheval adore faire et à laquelle il excelle. Comme je travaille beaucoup en R+ (renforcement positif), cet dernier exercice est souvent un "Jack Pot", c'est-à-dire que mon cheval reçoit une récompense qu'il aime beaucoup.

Voilà ce qui complète cet article. Je vous souhaite une année remplie de beaux défis équestres… Pour continuer d’apprendre avec votre ami équin. Si vous avez des questions, vous pouvez m'écrire ci-dessous, il me fera plaisir de vous répondre.

Bonne année 2019!

Et n’oubliez-pas… « Votre cheval est votre Maître »!

12 vues0 commentaire

La ferme Lombrette

578 avenue Royale

Saint-Tite-des-Caps

Québec Canada

G0A 4J0

dany.cinq.mars@videotron.ca

Marie Josée Marcoux

Facilitatrice équine

Horsemanship authentique & Reiki

Dany Cinq-Mars, agr. Ph.D

Professeur Sciences animales U. Laval

  • Facebook
  • YouTube
  • Pinterest
  • Instagram

418 823-2065

© 2021 par Marie Josée Marcoux. Créé avec Wix.com

 

Restons conntectés : abonnez-vous à notre infolettre :